ÉTAPES A SUIVRE POUR L’OBTENTION D’UN PRET HYPOTHECAIRE

1.- Veuillez prendre en compte le fait qu’il faut disposer approximativement de 30 % du total de l’investissement, étant donné que les entités bancaires n’accordent normalement pas plus de 70 %.
2.- Documentation nécessaire : données personnelles, contrat de travail ou professionnel indépendant, feuille d’imposition ou impôt sur les sociétés. Extrait du registre et données cadastrales de la propriété qui est achetée.
3.- Vérifier auprès de plusieurs entités bancaires les différentes conditions qu’elles proposent (taux d’intérêt, commissions d’ouverture, amortissement anticipé et annulation, honoraires de l’estimation, coût de l’étude de l’opération, assurances habitation et vie, etc.).
4.- Une fois que vous aurez choisi la banque, demander l’estimation en fournissant la documentation nécessaire.
5.- Finalement, vous devez être conscients que les démarches concernant l’hypothèque (de l’obtention de la documentation, à l’étude de l’opération par la banque, l’estimation, etc.) peuvent prendre plus de deux mois.
(Si vous le souhaitez ou avez besoin de plus d’information, ci-dessous…)

INFORMATIONS BASIQUES POUR DEMANDER UNE HYPOTHÈQUE

  • De combien d’argent avez-vous besoin ?
  • Quelle quantité souhaitez-vous solliciter ?
  • Que va-t-on me demander ?
  • Quels sont les frais ?
  • Quel type d’intérêt me convient ?

Lorsque vous calculez le montant que vous souhaitez demander, tenez compte, au-delà de la proportion de l’immeuble que vous décidez de financer, les frais de constitution du prêt qui seront à votre charge : Coûts d’estimation, de gestion, frais notariaux, d’enregistrement, les impôts sur les actes juridiques documentés, commissions bancaires, assurances, etc.

Étant donné que la banque, normalement, ne vous accordera pas plus de 70 % de la valeur de l’estimation, calculer que vous devrez disposer d’épargne pour faire face à l’opération à hauteur de 30 % de la valeur plus les frais de constitution du prêt. Selon le montant et vos conditions particulières, ces 70 % peuvent être variables.

Les entités demanderont que vous leur apportiez les garanties suffisantes pour démontrer que vous êtes capables de faire face aux paiements. Les revenus que vous percevez influencent directement la concession ou non du prêt et les conditions. Ils peuvent exiger des revenus familiaux minimum. Si vous avez un contrat à durée indéterminée, vous aurez plus de possibilités d’obtenir un prêt hypothécaire que si votre contrat est temporaire. Il sera également vérifié que vous n’êtes pas sur la liste des débiteurs. Ils vous demanderont votre carte nationale d’identité, vos dernières feuilles de paie, la dernière déclaration sur le revenu, les autres revenus et traites concernant d’autres prêts le cas échéant, etc.

La banque fixe habituellement le prérequis que la traite mensuelle de l’hypothèque ne doit pas être supérieure à 50 % des revenus mensuels du demandeur.

Le montant du remboursement est composé de deux concepts : capital et intérêts.

Le montant sollicité, la durée et le taux d’intérêt détermineront le montant plus ou moins abordable des remboursements mensuels. Le taux d’intérêt peut être fixe, variable ou mixte.

Le taux fixe n’est pas habituel. Le taux d’intérêt ne varie pas durant toute la durée du prêt. Vous saurez toujours ce que vous payez mais en général cela ne revient pas à compte car la banque fixe toujours un taux d’intérêt élevé.

Le taux d’intérêt variable est le taux habituel et avec l’Euribor comme indice de référence le plus utilisé. Si l’Euribor baisse ou augmente, votre remboursement baissera ou augmentera. Il faut appliquer un différentiel à l’indice de référence, et c’est cet indice qu’il faudra surveiller au moment de la demande de l’hypothèque.

Le taux mixte, de plus en plus habituel consiste à appliquer un taux fixe au début, pendant normalement 12 mois et ensuite est appliqué un intérêt variable. Vous n’aurez aucune frayeur la première année (ou diras la durée pactée) et ensuite le remboursement sera assujetti à des variations.

Certaines “obligations” à respecter. Vous devrez souscrire une assurance habitation et assurance-vie, domicilier votre salaire, vos reçus, etc. La banque ne peut pas vous obliger mais si vous ne respectez pas ces critères cela provoquera une augmentation du différentiel c’est à dire du taux d’intérêt.

La commission représente l’argent que vous payer pour certains services tels que : étude, ouverture, amortissement ou annulation anticipée, modification des conditions, etc… certaines banques font payer des commissions, d’autres non ; certaines plus chères, d’autres moins chères. Prenez-le en compte.

La carence c’est la période initiale de certains prêts durant laquelle vous n’amortissez pas le prêt mais vous payez uniquement les intérêts. Durant cette période la traite sera moins élevée mais vous allongez la durée du prêt et sur le long terme, cela revient plus cher.

La dation en paiement consiste à remettre le bien hypothéqué à l’entité financière pour en finir avec la dette. Ainsi, en cas de non-paiement ils conserveront le bien hypothéqué et vous n’aurez pas à faire face avec le reste de votre patrimoine.

La clause sol n’est pas juste et devrait disparaitre. Si l’Euribor baisse en dessous de la limite minimum fixée dans votre contrat, vous paierez plus d’intérêts que ceux que vous avez à payer. N’acceptez pas.

Finalement, vous devez évaluer les conditions des entités et décider si vous pouvez y faire face ; vous devez choisir avec quelle entité vous souhaitez « passer les prochaines années de votre vie ».